IMG_3867 A Barcelone en 2014

C'est l'histoire d'un petit garçon en qui personne ne croit et dont le prénom est lié au football (Kevin Keegan joueur préféré de mon papa). Comment aurais-je pût ne pas aimer ce sport ? 

Surtout avec un papa joueur et entraîneur. Qui faisait passer le football bien avant le reste. Pas de départ en week-end s'il y a match le dimanche, pas de film à la télé si TF1 ou Canal+ diffuse une rencontre.

J'ai ce souvenir de 1986, lors de la Coupe du Monde, d'être heureux de savoir dire Platini (j'ai 5 ans). Je le dis à ma mère et m'empresse d'aller le répéter à mon père, je suis fier.

Lorsque je passe à l'école primaire, on joue au foot à chaque récré. Le portail de l'école fait office de but, le second se trouve au milieu de la cours entre l'arbre et les toilettes.

On joue des parties endiablées avec un ballon gris, qui lorsque l'on frappe dedans il se met à prendre des trajectoires improbables, on se croirait dans un épisode d'Olive et Tom. Quand je rentre de l'école ma mère me dit "Ca été l'école" et moi lui répondre "Oui, oui, j'ai marqué 4 buts". Le football est déjà bien plus important que les notes.

Ce sport qui me fera du bien toute ma vie, me sauvera énormément de beaucoup de mauvaises choses et aussi qui va me permettre de tenir le coup face à de nombreuses difficultés.

Petit cela m'a permis d'être accepté. J'étais un petit garçon très timide et j'aurais pût être la cible de moqueries comme beaucoup d'enfants introvertis. Mais le ballon blanc et noir (à l'époque) va m'éviter toute humiliation. J'aurais aimé être un joueur pro, un joueur de l'AJ Auxerre mais je n'étais pas assez bon. Je faisais ce sport pour m'amuser, je n'ai jamais eu aucune ambition pour être le meilleur.

Mais jouer avec les potes contre la porte de l'église me fait du bien ou lorsque j'étais triste et que je voyais ma maman souffrir, se battre contre la maladie alors je me mettais à frapper dans la balle dehors ou dans ma chambre avec une balle de tennis me prenant pour Christophe Cocard.

300640_2369417321491_5930373_n Quelques heures avant mon mariage

Et puis très vite je me suis intéressé à tous les aspects. La tactique, les compos, les interviews, l'histoire du foot surtout. En vacances je claquais mon argent pour acheter France Football le mardi et l'Equipe chaque jour. Quel âge 10, 11, 12 ans ? Cela rend fou mes parents.

Grâce au football j'ai été un élève moyen au lieu d'être médiocre. On disais autour de moi que j'étais une encyclopédie, on me surnommait parfois "Thierry Jean-mimi" en hommage au duo Thierry ROLLAND et Jean-Michel Larqué (mon nom étant THIERRY). Certains amis de mes parents ont même parfois appelés pour me poser des questions. Même ma soeur m'a demandé conseille pour savoir quelle ville d'Italie serait sympa pour son stage de Commerce International, alors que je n'ai jamais mis les pieds en Italie. Mais j'avais conseillé Parme après avoir vu un reportage sur Lilian THURAM.

Les copains m'ont souvent reprochés de ne parler que de football mais comme on ne croyais pas en moi, qu'on me prenait pour un bon à rien dans la famille, j'ai toujours cru ne rien savoir d'autres. Ne pas être assez cultivé et intelligent pour donner mon avis sur d'autres sujets.

Le football a toujours été, et pendant très longtemps, le seul point commun que j'avais avec mon père, cela me rendait triste de n'avoir que ça. Mais je prenais.

Puis j'ai grandi et le football a continué à m'accompagner. A m'aider. Mon rêve était de devenir journaliste sportif mais ma grande passion pour les études ne m'a pas permis de le réaliser. Pas grave, il y a d'autres beaux métiers. Ca sera pour moi, animateur pour enfant et éducateur ados en quartier.

En 2003, je tombe malade et là le football encore une fois me donne une force pour garder le morale. Sans lui je n'aurais pas tenu surtout lorsque je me retrouvais seul dans mon appartement à pleurer car je vais 20 fois aux toilettes par jour et que je n'ai personne pour m'écouter. Je me réfugie dans ma passion. Les soirées multiplexe avec Laurent Luyat puis Ruiz, les soirs de matches à l'Abbé Deschamps ou d'entrainement avec les copains me permettent de fuire ma réalité.

En 2005, je suis à 2 doigts de perdre ma jambe à cause de cette foutue maladie. Un an après, je suis opéré 3 fois. Et je perds 25kg mais j'ai un objectif... Reprendre et être compétitif. Et je reviens grâce à un coach et beaucoup de travail. 

En 2007 je rencontre ma future femme, qui va me pousser à croire en mes rêves. Je réalise un documentaire sur l'AJA avec des Jeunes de quartiers en 2008 puis décide de créer un blog. 

Foot and Sports 1981

Michel Platini et Sepp Blatter Le Président de l'UEFA (Platini) était visé par une enquête interne de la FIFA sur un versement de 1,8M€ en février 2011 pour un travail contractuelle (sans contrat) avec la Fifa de 1999 à 2002.

http://kevinthierry.canalblog.com

Tout ceci grâce à elle.

Documentaire : L'impact de l'AJ Auxerre au sein de la ville

 

Nous sommes en 2016. Je vais donc subir le 15 janvier ma 8ème opérations. En décembre 2014, février et juin 2015 ont été les 5,6 et 7ème. Et vous savez quoi ? Trois jours après mes opérations j'étais au bord du rectangle vert pour diriger une séance d'entrainement et le futur match de mon équipe. Alors même que je ne tenais pas debout plus de 5mn. Mais que cela était bon.

Je kiffe ce sport. Si j'avais les moyens financier, je le kifferais sûrement encore plus.

Image41 Carte de clubber

Ma femme me pousse à tenter de réaliser mon rêve lorsque je serais sorti d'affaire. Mais je suis lucide, seul un miracle pourrait me permettre d'y toucher du doigt. Je suis un petit pigiste pour Foot82, un petit blogeur qui ne veut pas faire n'importe quoi. J'ai une famille avec deux enfants qui méritent que je prenne soin d'eux. Alors reprendre des études où tenter une école me reviendrais trop cher. 

Si je dois sacrifier mon rêve pour que mes 3 anges se portent bien alors ce n'est pas grave. Je continuerais à faire mes petits articles avec mon coeur et mes fautes d'orthographes.

Mon fils porte le prénom Eden, grâce ou à cause de Eden Hazard. J'espère qu'il réalisera son rêve, peu importe lequel. Je veux être là pour l'aider à le réaliser.

Alors oui le football a parfois été un peu excessif dans ma vie. Mais il m'a sauvé à multiple reprises et surtout il m'a toujours fait beaucoup de bien. Cela fait parti de mon équilibre.

Ayez une passion, croyez en vos rêves. La vie est trop courte.

Alors les jeun's demain on réalise nos rêves ?

kEv