Maman, nous, Aurélie et Lahcen En famille

Comme beaucoup aime à dire "On ne choisit pas sa famille", phrase souvent à connotation négative. Le fait est que c'est vrai, on ne choisit pas, on nait dedans.

Mon papa dit aussi « Si toi et Aurélie vous n’étiez pas frère et sœur, vous ne traineriez jamais ensemble ». Il n’a peut-être pas tort. On n’a beaucoup de différences mais on s’aime, l’amour d’un frère envers sa sœur et vice versa ne peut s’effacer comme les vagues le font avec nos traces de pas dans le sable.

Au bout de 35 ans à côtoyer ma famille (THIERRY) et au bout de neuf ans à côtoyer ma belle-famille (LECOANET-AUBERT), je peux dire que j'ai évolué.

 

Exigence et remise en question :

 IMG_5880

Avec Zack Boucher (Gardien AJ Auxerre)

Je ne veux parler qu'en mon nom.

Comme beaucoup de familles il y a des accrochages, des agacements, des incompréhensions et des fâcheries. Je ne peux me dédouaner de tout cela. Lorsque je me suis pris le bec avec untel ou untel de ma famille (j'inclus ma belle-famille) j’ai conscience d’être en partit responsable. Parfois même totalement responsable.

Je ne suis pas très malin par moment. Je devrais mieux contrôler mes émotions.

J'ai parfois un sale caractère, je peux être chiant et être une vraie tête de con. Je suis accroché à certaines valeurs ou idées. Je me rends souvent compte, après-coup, que j'exagère. Que mes réactions sont parfois disproportionnées. Mais à force, enfant, d'être considéré comme faible ou sans caractère, j'ai un jour décidé de ne plus me laisser faire. J'aime dire les choses mais j'essaye toujours de ne pas froisser ou blesser. Ce n'est pas chose facile.

Malgré tout je pense avoir changé. J’ai mis de l’eau dans mon vin et je me contrôle mieux. Enfin je crois. Il est vrai que j'ai beaucoup de défauts, mais j'ai tendance à croire que je suis une bonne personne. J'aime aider mon prochain et comme le dit ma femme ou mes parents aujourd'hui, je suis assez souple de caractère en générale. Je ne fais jamais passer mon intérêt avant celui des autres. En tout cas je m'effroce de le faire.

La seule certitude que j'ai, c'est que j'aime ma famille. Je n'ai aucune personne que je déteste, et si c'était le cas je ne les verrais pas. Je déteste l'hypocrisie et le manque de franchise.

 

Et même si je les aime tous, je ne les aime pas de la même manière, c'est évident. Mais je les adore. Je n’aime pas comparer, je fais les choses à l’instinct. Je ne peux expliquer pourquoi j’ai besoin d’appeler mes grands-parents et ma tata presque chaque semaine.

Au fil des années, j'ai compris que les embrouilles étaient souvent dues à un manque de dialogue et/ou à une différence dans notre manière de vivre. Si je prends l'exemple de ma ptite famille (Ma femme, mes enfants et moi) nous trouvons que nous sommes différents du reste des nôtres. On déteste être speed, on déteste se presser ou toujours courir. Chez nous c’est  "Pas trop vite le matin, et doucement le soir". Par contre que cela soit de mon côté ou celui de ma femme ils sont bien plus dégourdis que nous. Voir parfois un peu plus nerveux :) .

Alors, parfois, on n'arrivera pas à suivre leur rythme. On va fatiguer et même s'agacer. Nous sommes des idiots car notre comportement, parfois, peut aussi très clairement en saouler plus d'un. Il faut savoir se remettre en question et s'adapter. Reconnaitre que la perfection n'existe pas, surtout pas dans notre quatior.

Si l'on ne veut pas ranger, débarrasser la table ou faire un festin quand on reçoit du monde alors on ne le fait pas. Si cela dérange, pas la peine de venir. Sincèrement, quand on va chez des gens je ne demande pas un d'être reç comme un Prince. Mon seul objectif, avoir le plaisir de partager un bon moment. Pourquoi se stresser la moule ? C'est notre philosophie. C'est idem avec nos enfants, sauf pour la politesse et le respect de l'autre. C'est non-négociable. Par contre, ils avancent à leur rythme. Il ne sait pas faire du vélo ou nager à 6 ans ? Pas grave. Tu parles moins bien que les copines ? Pas grave ça viendra. Par contre, tu dis bonjour-Au revoir-Merci-STP-Pardon et surtout tu n'as pas tous les droits.

On est cool-cool mais on n’est pas non-plus des glandeurs.

 

Profiter d'eux :

 IMG_6030[1]Grand 8 à Fraispertuis avec mon beaf et ma belle-soeur

Aujourd'hui, avec les épreuves que l'on a vécues notre seule idée est de profiter des moments passés ensemble. Nous habitons loin des uns des autres, et il serait dommage de se gâcher la vie pour rien. C'est souvent plus facile à dire qu'à faire. J'ai apprécié pouvoir discuter et partager des rires ou des sorties avec ma sœur, ma maman, mes beaufs, ma belle-sœur et bien d’autres. Dans l’ensemble on  se comprend mieux mais avec d'autres c'est encore compliqués.

Personnellement je me sens bien loin de ma famille. Ce n'est pas méchant. Cela  a toujours été plus ou moins le cas. Je trouve que quand on vit trop proche, on a tendance à s'embrouiller plus facilement alors je préfère les quelques jours passés en leur compagnie, j'en profite plus. Mon seul regret est de ne pas pouvoir voir mes filleuls (Quentin et Zack) et Léane plus régulièrement mais j'essaye de leur montrer que je tiens à eux et que je suis là en faisant du mieux que je peux. Pareil pour mes enfants, ça serait cool qu'ils profitent de leurs tatas, tontons, papis et mamies pas seulement 2 ou 3 fois par an. Mais bon... Nous avons été des enfants sous-estimé (ce n'est que mon ressenti) pendant toute notre enfance alors on a besoin d'une certaine autonomie avec Audrey. Loin des nôtres, pour l'instant, mais proche de notre coeur et dans nos pensées.

 

Des moments géniaux :

 IMG_5992[1]A la chasse au Pokémon dans Remiremont

Nous aurons passés 15 jours de vacances dans nos familles respectives et je ne retiendrais que les bons moments. Le reste je m'en branle. J'ai kiffé aller à l'AJA avec mes enfants et ma petite sœur. Fêter l'anniversaire de ma fille avec tout plein de surprises. Sans oublier ce spectacle magnifique à St Fargeau, seulement tous les 4. Et que dire de cette journée au Parc d'Attractions dans les Vosges à Fraispertuis ? Je me suis éclaté à faire plaisir à ma nièce Léane en faisant des manèges qu'elle aime ou se faire peur dans le GRAND 9 (comme dit mon filleul Zack).

Nous sommes de grands enfants depuis deux jours en cherchant des Pokemon partout dans les villes avec ma femme, Cyril et Jess.

Tout cela pour dire que l'on se prend bien la tête pour pas grand-chose. Que la vie est trop courte. Et que les choses simples sont souvent les meilleures.

Je veux éviter au maximum tout conflit. Cela me fait trop de mal, je ne supporte pas ça. Je ne le vis pas bien même si par moment j’ai été l’élément déclencheur. Comme dise les médecins on doit apprendre à se protéger.

 

J’aime nos familles, vraiment du plus profond de mon cœur mais on a besoin de souffler et voir la fin du calvaire arriver. Enfin se faire des week-ends ou des vacances seulement nous  tous les 4. Dès que tout ceci sera terminé on pensera à nous pendant quelques temps ce qui ne veut pas dire que l'on oublie le reste du monde.

On souffre depuis deux ans et je veux offrir à Audrey, Emma et Eden des moments de joies qu'ils ont bien mérités. On ne nous comprendra peut-être pas mais je crois qu'on a bien mérité un peu de répit.

Cette semaine, Eden m'a beaucoup aidé pour me soigner. A 4 ans cela prouve que j'ai un petit garçon adorable qui a trop souffert dans sa petite vie d'enfant. Emma a sauté de joie quand elle a su que je me faisais de nouveau opérer "Papa c'est génial que tu te fasses opérer. Tu n'auras plus ta poche, tu vas être tranquille". Elle me protège très souvent, en me faisant des câlins sans raison ou en me tenant la main quand j’ai mal. Et que dire de ma petite femme ? La pauvre. Je veux qu'elle soit heureuse, c'est mon souhait le plus cher. Je veux la rendre heureuse et lui faire plaisir en l'emmenant en week-end ou en vacances là où elle le souhaite. J'ai une femme magnifique et très courageuse.

 IMG_5915[1]13710066_10206410357073201_8569703241399785733_nLa guerre est lancée

Je vous aime… Même quand vous êtes chiant. Chuuuuuut, ça reste entre nous d’accord ? ;)

La famille est très importante et ce n'est pas quand il arrive un drame ou que l'on perd l'un des notres qu'il faut avoir des regrets ou se dire "Si j'avais su". Je préfère dans 40 ou 50 ans me retourner et me dire "J'ai bien profité de la vie et j'ai aimé du mieux que je pouvais ceux qui m'ont entourés". 

Merci à tous pour tout ce que vous avez fait pour moi, Audrey et nos enfants. Mais surtout un grand MERCI pour arriver, encore, à me supporter.

Alors demain on profite encore plus ?

 

Kev