Il est des fois où bizarrement l'histoire se répète, où certains signent ne changeront jamais.
Pour moi, à chaque fois que je dois me faire opérer je chope la crève. Je tousse, j'ai mal 😷 à la gorge et j'ai un peu de fièvre 🤒. Là, c'est encore vrai. J'ai la crève.

La différence c'est que maintenant je sais à quel point c'est dangereux pour moi. En 2016, cela ne m'a pas aidé pour la guérison et même que ça a pût jouer sur la suture qui lâchée. Du coup, je fais ce qu'il faut pour arriver à l'hôpital sans être trop atteint.
Plus on se rapproche, plus on repense à ce que j'ai déjà vécu en 2016. Personnellement pas trop mais Audrey & Emma ça se sent, ça se voit qu'elles s'inquiètent. Eden est plus petit et le montre ⌚️ différemment.

Un lien particulier :

Avec Emma, c'est fusionnel. Je n'oublie pas mon fils, Eden, mais notre histoire amène un lien particulier avec ma fille.
Quand en 2010, Emma pointe le bout de son nez 👃, Audrey fait un "dépression post-natale". Ce n'est pas le baby-blues. Pour vous expliquez à quel point c'est grave une "dépression post-natale", il y a quelques semaines une maman s'est suicidée tellement c'était dure pour elle. Chez Audrey, cela a duré 18 mois. Du coup, j'ai dû m'occuper énormément d'Emma. Et quand on sait que le lien entre un papa et sa fille est déjà fort 💪🏻 alors imaginez celui que j'ai avec ma fille.

Elle s'inquiète pour moi, vient me faire des câlins, me demande de ne pas mourir. J'essaye de rester fort, de la rassurer. Hier (vendredi), elle avait un spectacle et lorsqu'une musique 🎶 émouvante a retenti, elle s'est mise à pleurer. Ces copines l'ont réconfortées et elle leur a expliquée pourquoi elle avait des larmes 😭.

Comme quoi tout ça n'est pas si loin. Il y a 1 an, jour pour jour je réussissais à marcher après 3 mois allongé et/ou en fauteuil roulant. Et même si certaines personnes très proche ont repris leurs mauvaises habitudes, je reste serein. Je sais par où je suis passé, et cela me permet d'être différent. Ma mère me dit souvent "Kevin, tu as une maturité pour ton âge que j'aurais aimé avoir. Tu as une réflexion sur les gens, sur la vie qui est en avance pour ton âge". Sincèrement je n'en sais rien, je ne me pose la question.
Je suis toujours déstabilisé quand on me complimente. Je suis Kevin avec mes qualités et mes défauts, ni plus ni moins.
Audrey tient à m'accompagner mercredi car même si elle ne me dit rien je sais qu'elle est inquiète et à peur que le cauchemar recommence. Elle cache ces émotions comme d'habitude, elle me protège je le sais. Mais j'aimerais qu'elle se confie pour la rassurer. Je suis confiant, ça va bien se passer. Je suis un Warrior, un phoenix (j'aime cette image).

Le foot ⚽️ comme mémoire sélective :

Je vais passer mon dernier week-end avec le football. Je suis heureux de pouvoir coacher de nouveau juste avant mon opération. C'est un petit cadeau 🎁 du destin, enfin j'espère. Le football ⚽️ me concentre sur un objectif et m'occupe l'esprit. Puis parce que, en cas de victoire, ✌️ je me sentirais bien moralement. Le morale c'est important dans ma maladie. Vous le savez à force, le football est facteur important pour mon bien être.

Dimanche, on part en famille (avec le club et les Feminines) pour aller voir Albi-Montpellier Féminine. Emma sera heureuse en allant voir sa joueuse préférée, Nana Arcambal. Ca sera la 1ère fois que l'on partagera ma passion tous les quatre. Encore un petit cadeau, un signe que cela va bien se passer ?

Quand je vous dis que le football ⚽️ a toujours été là pour m'aider. Quand j'étais dans le coma, le fanion de l'AJA était accroché prêt de mon lit à côté de la photo de mes enfants.

Tout cela pour dire que 12-14 mois après ma galère, le combat est toujours d'actualité. Mercredi j'ai un match à gagner mais le championnat parait très long, éternel... Comme un épisode d'Olive et Tom. On sait quand ça commence mais on ne sait pas pour combien de temps on va attendre pour voir la fin. Faut prendre épisode par épisode.

Bonne nuit 💤 les Geek 🤓

Kev