IMG_1266

Est-il nécessaire de rappeler où j'étais il y a 15 mois ? Est-il nécessaire de rappeler d'où je reviens ? Je ne crois pas et si par hasard vous n'êtes pas au courant, alors lisez mes post précédent.

Je n'ai jamais douté qu'un jour mon combat et ma philosophie finiraient par payer. Mais de là a recevoir toutes ces louanges, ces récompenses ou ces témoignages amicaux, non. J'en profites car c'est rare, j'en profite car je n'y suis pas habitué. Mais surtout c'est pour moi l'occasion de faire passer un message.

En 30 ans, ça n'a pas toujours été facile :

 Je l'ai déjà évoqué par le passé, et j'aimerais que cela soit compris par tous. Même si je parais me la raconter ou que je mets en avant ce qui m'arrive, c'est seulement que je rattrape le temps où je n'étais considéré comme une truffe, un moins que rien. Je fais réellement un complexe d'infériorité par rapport à tout le monde. Je suis persudé de ne jamais faire quelque chose de bien ou d'extraoridnaire, je me sens inférieur à vous tous (et c'est une réelle sensation) c'est d'ailleurs pour cela que lorsqu'il m'arrive un truc bien j'ai besoin de le dire, de le montrer.

Ces derniers mois ont été des plus fabuleux. Cela me change un peu, lol. Perso, c'est une revanche sur la vie. J'aurais dû devenir le gosse incapable, celui qui fout la honte à la famille et puis j'ai décidé de suivre mon instinct, d'assumer ce que j'étais. Un enfant calme, lent et sans ambition particulière. Juste profiter de la vie et de croire en l'humain. Assez tôt j'ai décidé de ne pas suivre les copains dans les conneries mais peut-être que le fait d'aider ma maman très malade m'a permis de savoir les lignes blanches à ne pas franchir.

J'ai toujours été fier de ce que j'étais même quand ma famille se moquait ou que je me faisait engueuler par mon père car je parlais lentement. J'ai mis trente ans à m'accepter, ma famille à mis 30 ans à comprendre (pas tous) et j'ai mis 30ans à prouver que je n'étais pas un minable.

Faut avouer que la maladie m'a aidée à grandir que cela soit par ma mère (qui n'avait plus d'anti-corps) ou par mon Crohn. Quand tu vois ta maman souffrir, tu ne cherches qu'à l'aider. Protéger ma mère était pour moi ce qu'il y avait de plus important. Après j'ai dû me battre au quotidien avec mon Crohn. Je ne regrette pas tout cela, c'est ma vie et elle est belle. La maladie ? Je ne l'échangerais pas non-plus. Elle m'a rendue plus fort et grâce à elle j'ai compris la valeur de la vie.

La 12ème opération, enfin un rayon de soleil :

 Fin mars j'ai été opéré pour la douzième fois. J'ai encore eu des complications et je subit à ce jour encore les soins. Mais en quelques mois j'ai été  récompensé comme jamais. J'ai d'abord réçu un maillot dédicacé de tout un club (Labastide du Temple) pour me remercier de mon travail de pigiste et également car leur coach, Jules Tchimbakala (ancien pro du TFC), a été touché par mon combat quotidien. 

IMG_0885

Puis on m'a demandé de reprendre l'équipe des U15 avec au bout une belle réussite puisqu'en deux mois on a réussi à se maintenir en Elite (meilleur niveau départemental) et remporter le challenge Aldo Lorenzati. Mais la vraie satisfaction est le retour des jeunes et des parents qui m'ont remerciés pour mon investissement, les victoires mais surtout pour avoir cru en chacun d'eux. 

Il n'y a pas à me remercier car je fais cela avec passion sans chercher les louanges, même si elles font plaisir. 

IMG_1539

J'ai même été récompensé, à la demande du club, par la ville de Montech "pour son travail, son investissement et son courage". Une très belle surprise, un honneur et une fièreté. J'espère seulement être à la hauteur de tout ce qui m'arrive. Mon boss (ci-dessus), Olivier Lagarde (entraîneur des gardiens d'Amiens) pour qui je travaille (Footpy) me témoigne également de son amitié et me fais régulièrement des compliments. Il a évoqué de me donner plus de boulot la saison prochaine. Une émission radio ? Sur le net ? Autres ? Je ne sais pas mais là encore je lui suis redevable et je ferais tout pour ne pas le décevoir. Il va m'aider à rebondir alors que j'ai été déclaré inapte pour continuer mon métier (Educateur en quartier).

J'ai rêvé de faire ce métier mais je ne pensais pas y arriver un jour. Je n'ai pas fait d'études pour. Je ne suis pas journaliste mais je kiffe ce que je fais en mettant le foot amateur en valeur, et je prends beaucoup de plaisir. Comme m'a dit m'a maman il y a peu "Tu t'es toujours battu pour qu'on accepte ta différence, ton mode de fonctionnement. On a jamais cru en toi et pourtant tu nous prouves le contraire à chaque fois. Tu as une force de caractère que l'on n'avait pas remarqué". J'essaye juste d'être moi-même avec mes qualités et mes gros défauts.

IMG_1625IMG_1626 (1)

Enfin, et ce n'est pas la chose la moins importante, on a passé de superbe vacances à Barcarès. Nos premières vacances en famille en 7 ans, sans aller dans la famille. Quinze jours où on n'a pas été stressé et où on a été détendu. On a profité ensemble, on a fait de belles rencontres et surtout j'ai vu ma femme et mes enfants, HEU-REUX. LA chose que je recherchais depuis si longtemps. Nos vacances valent bien plus qu'une coupe ou tous ces trophées. En ce moment tout va bien. On doit en profiter, on a mangé notre pain noir pendant 3 ans. On a suremonté des épreuves si dures (j'aurais dû mourir) que beaucoup auraient abandonnés ou craqués.

Beaucoup de personnes, comme mon Président ou mon ancien adjoint, des amis et de la famille nous ont laissés de beaux messages tel que "Vous le méritez", "Kev, ce qui t'arrives n'est pas une surprise. Tu le mérites amplement". Cela fait du bien car en 1 an j'ai parfois l'impression que certains ont oubliés. Il n'est pas question de se plaindre mais juste de ne pas oublier que l'on a le droit d'être bien et de le partager. Car il y a 14 mois, c'est vous qui viviez de bons moments et à aucun moments on a été jaloux ou envieux. Je dis cela parce ça me rend triste de sentir de certaines connaissances une forme de ras le bol envers nous. Si on devait choisir entre aider nos amis et/ou la famille avant de penser à nous on le ferais. Je ne fais pas de la fausse modestie.

Alors oui, je me mets en avant. Oui, je suis content et fier de moi pour une fois. Là dedans, il y a deux messages que je veux faire passer.

Le premier est... Ne lâchez jamais, croyez en vous. Il faut parfois écouter ses amis, sa famille mais surtout écoutez vous. 

Le deuxième c'est celui-là... Restez vous même. Pourquoi vouloir faire comme les copains ? Pourquoi vouloir faire comme la société veut nous formater ? Assumez vos décisions, soyez fier de ce que vous êtes et ne vous laissez pas embobiner par les gens néfastes. 

Si j'ai appris une chose c'est bien que la vie est trop courte et que l'on doit se lever le matin comme si c'était le dernier. Je ne veux plus me prendre la tête, je ne veux pas avoir de regrets. J'ai beaucoup de mal avec les prises de têtes inutiles ou avec les gens dont tu sens que tu les déranges, comme si on avait besoin de ça ?

Alors essayez seulement de croire en vous et de vous protéger. La vie est trop courte pour ne pas en profiter.

Et après ?

Après ? Je ne sais pas. Ma santé n'est pas encore au top et je dois me soigner correctement. J'ai encore quelques objectifs à atteindre et des activités que j'aimerais faire.

Déjà au niveau boulot. Si je peux m'installer un peu plus dans le monde du journalisme cela me plairait. Sportivement, j'aimerais réaliser de belles choses avec les U15 avec la chance d'avoir un conseiller comme Jo (Radet) mais j'aimerais surtout pouvoir retoucher un ballon, rejouer au foot quand je serais apte. Ca serait magnifique, une de mes plus belles victoires alors qu'il y a 13 mois j'étais en fauteuil roulant. Quand je serais définitivement soigné de mes opérations j'ai un saut en parachute à faire et de nouveaux tatouages.

Au niveau des rêves non accompli, il y a l'envie de me remarier avec Audrey, mais aux Etats-Unis avec les enfants. Un jour ça se fera peut-être, on ne sait jamais. Enfin, j'ai toujours pensé que mon rôle d'éducateurs en quartier était là où j'étais le meilleur. J'aimerais y revenir ou même je pourrais servir dans un centre de formation de football. Je suis persuadé que mon relationnel avec les jeunes additionné à mes quelques savoir dans le football serait un atout pour aider ces jeunes recrues. 

Mais avant-tout c'est ma famille qui compte et rien d'autres. Je me battrais toujours pour eux et mon sort est secondaire. Sans leur amour, je ne suis rien. Sans eux, je n'aurais jamais rien réussi. Ma vie est dévoué à mes 3 amours car je me suis battu pour rester près d'eux.

Je profite de la chance qui m'est offerte et j'en profite, et voulais vous le faire partager. Je vous ai tellement parlé de mes douleurs, c'est bien de changer non ?

Je n'ai qu'un seul mot à vous dire "Merci" !!!

Alors les Geek, demain on reste soit même ?

Bises

Kev