01ac085b45d5544dc73f3655922bbffa736b9f7b77

Les études montrent que le sport est un bon moyen de limiter les crises mais surtout c'est une manière de se sentir mieux. Le sport d'une certaine façon régule notre équilibre. Je ne suis pas celui qui vous dira le contraire. Mais dans mon cas et sûrement dans d'autres également, ce n'est pas facile d'y arriver.

Quant on souffre de douleurs récurrentes, que l'on va entre 10 et 20 fois aux toilettes par jour ou comme moi avec une maladie très active, c'est loin d'être évident de s'y tenir et d'y arriver.

Pour ma part, le sport à toujours fait partie de ma vie. J'ai été un bon joueur, j'aurais pût être bien meilleur mais les aléas de la vie font que je suis resté un sportif par intermittence. Quand on n'a plus le physique, c'est dur de faire fonctionner le psychologique pour s'y tenir. 

C'est ce qui se passe régulièrement chez moi. N'ayant plus le physique, j'ai dû mal à en faire sur la longueur car je prends peu de plaisir. Mais quand j'en fais, cela me fait un bien fou.

Deux jours physiquement et psychologiquement compliqué

Le week-end dernier, j'étais en formation pour passer un module d'entraîneur. Le but étant de passer un diplôme, le BMF, me permettant d'être un entraîneur niveau régional si un jour j'en ai envie. Seulement, en deux jours je devais tenir 16h en collectivité avec des personnes ne connaissant pas mes handicaps et n'ayant pas forcément envie qu'ils les connaissent d'ailleurs.

Je devais gérer le côté physique des entraînements où mes cicatrices me font mal. Sans parler de l'obligation de porter une ceinture abdominale pour limiter l'éventration dont je dois me faire opérer. Et puis, je n'ai quasiment pas couru depuis 2-3 ans et le fait de faire du foot pendant 2h samedi et 3h dimanche a été top mais hyper dur. Je ne vous dit pas comment mon corps me l'a fait payer lundi et mardi. Dans un sens c'était cool, ça m'a fait du bien. J'ai pût sentir mon corps, j'ai pût faire des choses que je n'aurais plus réussi à faire décédé, dans le coma ou dans un fauteuil roulant comme il y a un an et demi.

Mais ce que les gens doivent savoir c'est tout le côté psychologique à gérer. Je ne penses pas avoir montré que j'avais des douleurs au ventre ni que mes cicatrices m'ont fait souffrir. J'ai même été très surpris de tenir si bien et de jouer plutôt correctement. Entendons-nous, " correctement" à mon niveau actuel. J'ai même l'impression de gagner en qualité technique car je ne me mets plus de pression, je ne fais plus attention aux regards, je n"écoute plus les éventuels avis des autres. Je sais d'où je viens, je sais que d'être sur un terrain est déjà une grande victoire à mes yeux. Et puis il y a l'aspect "Urgence toilettes". Pour éviter toute déconvenue, j'ai dû demander un régime sans légumes pour ne pas accélérer mon transit intestinal. Ensuite, même si je déteste cela, j'ai dû prévenir les Moniteurs que je pouvais à tout moment les quitter brièvement.

Pour moi, c'est un aveux de faiblesse et je ne veux pas qu'on pense que j'en joue. Je déteste faire cela, c'est pour ça que même blessé, que même en souffrance sur le terrain, j'ai voulut aller jusqu'au bout des entraînements. Hors de question de me plaindre, hors de question d'utiliser mon crohn pour échapper à quoi que ce soit. Je ne lâche jamais rien.

J'ai des défauts, sans aucun doute. D'ailleurs ces derniers temps j'essaye d'améliorer ma communication car je sens que je suis assez relou avec mon boss, au foot ou parfois à la maison. Mais une chose est sûre, je me bats, personne ne peux m'enlever cela. Je suis entier, je donne tout et suis forcément un peu excessif parfois.

Je veux seulement, comme habituellement, témoigner de notre quotidien compliqué sur beaucoup de points. Vous qui êtes en bonne santé, ou qui ne connaissez pas ou peu cette maladie, j'espère que j'arrive à vous éclairer. J'espère que vous comprenez que même si on ne voit pas au premier coup d'oeil notre/nos handicaps, on galère et par période on souffre de différentes manières. 

Ce qui s'est passé ce week-end, a été difficile mais tellement bon. Je l'ai payé lundi et aujourd'hui (mercredi) avec une très grosse fatigue. La fierté n'en n'ai que plus grande au final. Pas sûr que beaucoup comprennent ce que l'on ressent.

Alors les geek, demain on va souffrir sur le rectangle vert ?

Prenez soin de vous.

Peace !

Kev