IMG_6586

Il y a des moments où le silence permet de mieux combattre certaines peurs ou certains démons.

J'ai attendu des mois pour retrouver ma liberté physique. Quand tu passes si proche de la mort, lorsque tu te sors de cette merde tu es heureux d'être vivant. Puis tu te bats pour sortir de réanimation et rentrer chez toi.

Moi je n'arrivais plus à marcher, à écrire et même parler en sortant du coma. Après avoir gagné cette première bataille, il me fallait en gagner une autre. Celle de me libérer de cette Stomie, cette poche qui est pénible dans ton quotidien.

Fin août on m'a enlevé la stomie et je gagnais une nouvelle bataille.

Physiquement, je retrouve, à ce jour, doucement la forme. C'est le côté positif. Je peux faire 15mn de vélo elliptique et un peu de trampoline. La plus belle des choses est de pouvoir à nouveau m'occuper de mes enfants et d'aider ma gentille femme. Sur ces points je suis content.

Mais j'ai appris en septembre que je devrais subir une 12ème opération en 2017. Quand on me regarde, on croirait que j'ai picolé 20 bières et bouffé 3 choucroute à midi. Malheureusement j'ai une éventration. A cause de cela j'ai un ventre horrible, difforme et gonflé. Sans oublier de parler de toutes mes cicatrices.

IMG_6583

Je suis dégouté. J'aurais aimé qu'il m'opère rapidement pour supprimer cette atrocité. Je vais devoir me coltiner ce ventre horrible, me cacher tellement j'ai honte. J'ai honte pour mes enfants, j'ai encore plus honte pour ma femme. Alors on va me dire "Tes enfants s'en fichent. Ta femme si elle t'aime ça ne la gênera pas".

Franchement, ces phrases pseudo-rassurantes ne me convainc pas. Je ne suis pas idiot. Un enfant peut avoir honte de parler de son papa à ces copains, une femme avoir honte du physique de son mari. Comment être séduite par un monstre comme moi. Il est évident que je n'y peux rien. On est tous humain et la phrase "C'est la beauté intérieur qui compte" est une phrase d’hypocrite. Un jour elle partira peut-être pour un homme qui l’a fera rêvée et comment je pourrais lutter ?

J'en ai marre des réflexions des gens "Ah ben vous avez bien grossi. Faut arrêter le Mac Do" quand on voit mon ventre. D’autres croient faire de l’humour en disant "Faire l'amour 1 fois par mois dans un couple c'est le début de la fin" Que savent-ils de nous ? Est-ce qu’ils savent ce que l’on vit et au combien c’est difficile malgré nos sourires. Et il y a cette phrase qui m’a blessé "Tu (Audrey) supportes suffisamment ton mari, chapeau"... Franchement, j'ai de l'humour mais je suis déjà tellement inquiet que là ça m'énerve, ça me blesse. J'ai honte de moi, j'ai peur que ma femme se barre et faire l'amour est loin des "1 fois par mois" quand on est malade. J'en ai marre des gens qui ne réfléchissent pas en parlant et ne se rendent pas compte que c'est dur pour nous déjà.

C’est pour ça que depuis quelques temps on évite de communiquer ou de voir certaines personnes. On a besoin d’être tranquille sans qu’on nous dise ce genre de choses. Et là, c’est une autre bonne nouvelle « On s’aime, on est uni » et on veut qu’on nous lâche. Heureusement qu’on se soutient, qu’on parle énormément sinon on aurait divorcé depuis bien longtemps.

J’ajoute le fait qu'on risque aussi de m'enlever mon métier. Je serais peut-être considéré inapte à continuer mon métier. Je suis triste. J'adore ce que je fais, je suis retourné à l'école pour en arriver là où je suis. Je suis respecté et va falloir normalement que je changer. Mais pour faire quoi ?

Depuis 1 an je travaille pour Footengo en faisant des articles pour ce site internet de foot. J'aime beaucoup et les retours sont très positifs. Mon rédacteur a validé 3 propositions d'interview et d'après les médecins ça serait une belle opportunité de me reconvertir dans le journalisme. C'est bien beau que les gens trouvent que j'assure mais si ça se trouve je n'ai aucun avenir dans ce secteur. D’autant qu’il faut que je me forme.

Je sais que je vais relever la tête et qu'une nouvelle fois je vais renaitre de mes cendres mais sincèrement il y a des fois où je me pose des questions. Mais j'espère surtout, s'il y a un Dieu, qu'il me fait subir tout cela pour éviter à mes 3 amours de souffrir. Si c'est le cas alors je suis prêt à accepter mon destin.

Le mois d'octobre va être décisif. Rencontre avec le médecin du travail qui devrait m'éclairer sur mon avenir.

J’ai d’autres batailles qui s’annoncent avec l’espoir que ça s’apaise un jour.

Le combat continue...

Kev